Aphorismes sur la sagesse dans la vie docx

112 458 0
  • Loading ...
    Loading ...
    Loading ...

Tài liệu hạn chế xem trước, để xem đầy đủ mời bạn chọn Tải xuống

Tài liệu liên quan

Thông tin tài liệu

Ngày đăng: 07/03/2014, 03:20

EBook of Aphorismes sur la sagesse dans la vie,byArthur Schopenhauer This eBook is for the use of anyone anywhere at no cost and with almost no restrictionswhatsoever. You may copy it, give it away or re-use it under the terms of the Project Gutenberg Licenseincluded with this eBook or online at www.gutenberg.netTitle: Aphorismes sur la sagesse dans la vieAuthor: Arthur SchopenhauerTranslator: J A. CantacuzèneRelease Date: March 1, 2011 [EBook #35444]Language: FrenchCharacter set encoding: UTF-8*** START OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK APHORISMES SUR LA SAGESSE ***Produced by Mireille Harmelin and the Online Distributed Proofreaders Europe at http://dp.rastko.net. Thisfile was produced from images generously made available by the Bibliothèque nationale de France(BnF/Gallica)PARERGA ET PARALIPOMENAEBook of Aphorismes sur la sagesse dans la vie, by 1APHORISMES SUR LA SAGESSE DANS LA VIEARTHUR SCHOPENHAUERTRADUIT EN FRANÃáAIS POUR LA PREMIÃàRE FOISPar J A. CANTACUZÃàNE«Le bonheur n'est pas chose aisée: il est très difficile de le trouver en nous, et impossible de le trouverailleurs.»CHAMFORT.TROISIÃàME ÃâDITIONPARISFÃâLIX ALCAN, ÃâDITEUR1887TABLE DES MATIÃàRESINTRODUCTIONCHAPITRE Ier Division fondamentale.CHAPITRE II De ce que l'on est.I La santé de l'esprit et du corps.II La beauté.III La douleur et l'ennui L'intelligence.CHAPITRE III De ce que l'on a.CHAPITRE IV De ce que l'on représente.I De l'opinion d'autrui.II Le rang.III L'honneur.IV La gloire.CHAPITRE V Parénèses et maximes.I Maximes générales.II Concernant notre conduite envers nous même.EBook of Aphorismes sur la sagesse dans la vie, by 2III Concernant notre conduite envers les autres.IV Concernant notre conduite en face de la marche du monde et en face du sort.CHAPITRE VI De la différence des âges de la vie.INTRODUCTIONJe prends ici la notion de la sagesse dans la vie dans son acception immanente, c'est-à -dire que j'entends parlà l'art de rendre la vie aussi agréable et aussi heureuse que possible. Cette étude pourrait s'appelerégalement l'Eudémonologie; ce serait donc un traité de la vie heureuse. Celle-ci pourrait à son tourêtre définie une existence qui, considérée au point de vue purement extérieur ou plutôt (comme ils'agit ici d'une appréciation subjective) qui, après froide et mûre réflexion, est préférable à lanon-existence. La vie heureuse, ainsi définie, nous attacherait à elle par elle-même et pas seulement parla crainte de la mort; il en résulterait en outre que nous désirerions la voir durer indéfiniment. Si la viehumaine correspond ou peut seulement correspondre à la notion d'une pareille existence, c'est unequestion à laquelle on sait que j'ai répondu par la négative dans ma Philosophie; l'eudémonologie, aucontraire, présuppose une réponse affirmative. Celle-ci, en effet, repose sur cette erreur innée que j'aicombattue au commencement du chapitre XLIX, vol. II, de mon grand ouvrage[1]. Par conséquent, pourpouvoir néanmoins traiter la question, j'ai dû m'éloigner entièrement du point de vue élevé,métaphysique et moral auquel conduit ma véritable philosophie. Tous les développements qui vontsuivre sont donc fondés, dans une certaine mesure, sur un accommodement, en ce sens qu'ils se placent aupoint de vue habituel, empirique et en conservent l'erreur. Leur valeur aussi ne peut être que conditionnelle,du moment que le mot d'eudémonologie n'est lui-même qu'un euphémisme. Ils n'ont en outre aucuneprétention à être complets, soit parce que le thème est inépuisable, soit parce que j'aurais dûrépéter ce que d'autres ont déjà dit.Je ne me rappelle que le livre de Cardan: De utilitate ex adversis capienda, ouvrage digne d'être lu, qui traitede la même matière que les présents aphorismes; il pourra servir à compléter ce que j'offre ici.Aristote, il est vrai, a intercalé une courte eudémonologie dans le chapitre V du livre I de saRhétorique; mais il n'a produit qu'une Åìuvre bien maigre. Je n'ai pas eu recours à ces devanciers;compiler n'est pas mon fait; d'autant moins l'ai-je fait que l'on perd par cette unité de vue qui est l'âmedes Åìuvres de cette espèce. En somme, certainement les sages de tous les temps ont toujours dit la mêmechose, et les sots, c'est-à -dire l'incommensurable majorité de tous les temps, ont toujours fait la mêmechose, savoir le contraire, et il en sera toujours ainsi. Aussi Voltaire dit-il: Nous laisserons ce monde-ci aussisot et aussi méchant que nous l'avons trouvé en y arrivant.APHORISMES SUR LA SAGESSE DANS LA VIECHAPITRE PREMIERDIVISION FONDAMENTALEAristote (Morale à Nicomaque, I, 8) a divisé les biens de la vie humaine en trois classes, les biensextérieurs, ceux de l'âme et ceux du corps. Ne conservant que la division en trois, je dis que ce quidifférencie le sort des mortels peut être ramené à trois conditions fondamentales. Ce sont:1° Ce qu'on est: donc la personnalité, dans son sens le plus étendu. Par conséquent, on comprend icila santé, la force, la beauté, le tempérament, le caractère moral, l'intelligence et sondéveloppement.2° Ce qu'on a: donc propriété et avoir de toute nature.EBook of Aphorismes sur la sagesse dans la vie, by 33 Ce qu'on reprâsente: on sait que par cette expression l'on entend la maniăre dont les autres sereprâsentent un individu, par consâquent ce qu'il est dans leur reprâsentation. Cela consiste donc dansleur opinion son âgard et se divise en honneur, rang et gloire.Les diffârences de la premiăre catâgorie dont nous avons nous occuper sont celles que la natureelle-même a âtablies entre les hommes; d'oạ l'on peut dâj infârer que leur influence sur lebonheur ou le malheur sera plus essentielle et plus pânâtrante que celle des diffârences provenant desrăgles humaines et que nous avons mentionnâes sous les deux rubriques suivantes. Les vrais avantagespersonnels, tels qu'un grand esprit ou un grand cỡur, sont par rapport tous les avantages du rang, de lanaissance, même royale, de la richesse et autres, ce que les rois vâritables sont aux rois de thâÂtre.Dâj Mâtrodore, le premier âlăve d'õpicure, avait intitulâ un chapitre: ẻ ẻàẽẻạ ẽẹẻẽệẻẳẻàẻạẻảẻẻẵẻ ẻàẻạẻẵẻẻạ ẽẹẻãẻẵ ẽẻẽõũ ẻãẻẳẻẽầ ẻẻạẽẹẻạẻẻẵ ẽẽẻẽầ ẻàẻẵẻẻẻạẻẳẻẻẵẻạẻẻẵẽẹẻãẽầ ẻàẽỏ ẽẹẽõẻẵ ẽẽẻẻẻẳẻẽẹẽõẻẵ (Les causes qui viennent de nous contribuent plus au bonheur quecelles qui naissent des choses Cf. Clâment d'Alex., Strom., II, 21, p. 362 dans l'âdition de Wurtzbourgdes Opp. polem.)Et, sans contredit, pour le bien-être de l'individu, même pour toute sa maniăre d'être, le principal estâvidemment ce qui se trouve ou se produit en lui. C'est l , en effet, que râside immâdiatement sonbien-être ou son malaise; c'est sous cette forme, en dâfinitive, que se manifeste tout d'abord le râsultatde sa sensibilitâ, de sa volontâ et de sa pensâe; tout ce qui se trouve en dehors n'a qu'une influenceindirecte. Aussi les mêmes circonstances, les mêmes âvânements extârieurs, affectent-ils chaqueindividu tout diffâremment, et, quoique placâs dans un même milieu, chacun vit dans un mondediffârent. Car il n'a directement affaire que de ses propres perceptions, de ses propres sensations et desmouvements de sa propre volontâ: les choses extârieures n'ont d'influence sur lui qu'en tant qu'ellesdâterminent ces phânomănes intârieurs. Le monde dans lequel chacun vit dâpend de la faĐon dele concevoir, laquelle diffăre pour chaque tête; selon la nature des intelligences, il parađtra pauvre,insipide et plat, ou riche, intâressant et important. Pendant que tel, par exemple, porte envie tel autrepour les aventures intâressantes qui lui sont arrivâes pendant sa vie, il devrait plutt lui envier le don deconception qui a prêtâ ces âvânements l'importance qu'ils ont dans sa description, car le mêmeâvânement qui se prâsente d'une faĐon si intâressante dans la tête d'un homme d'esprit, n'offriraitplus, conĐu par un cerveau plat et banal, qu'une scăne insipide de la vie de tous les jours. Ceci se manifesteau plus haut degrâ dans plusieurs poâsies de Gỡthe et de Byron, dont le fond repose âvidemment surune donnâe râelle; un sot, en les lisant, est capable d'envier au poăte l'agrâable aventure, au lieu delui envier la puissante imagination qui, d'un âvânement passablement ordinaire, a su faire quelque chosed'aussi grand et d'aussi beau. Pareillement, le mâlancolique verra une scăne de tragâdie l oạ lesanguin ne voit qu'un conflit intâressant, et le flegmatique un fait insignifiant.Tout cela vient de ce que toute râalitâ, c'est- -dire toute ôactualitâ remplieằ se compose de deuxmoitiâs, le sujet et l'objet, mais aussi nâcessairement et aussi âtroitement unies que l'oxygăne etl'hydrogăne dans l'eau. moitiâ objective identique, la subjective âtant diffârente, ourâciproquement, la râalitâ actuelle sera tout autre; la plus belle et la meilleure moitiâ objective,quand la subjective est obtuse, de mauvaise qualitâ, ne fournira jamais qu'une mâchante râalitâ etactualitâ, semblable une belle contrâe vue par un mauvais temps ou râflâchie par une mauvaisechambre obscure. Pour parler plus vulgairement, chacun est fourrâ dans sa conscience comme dans sa peauet ne vit immâdiatement qu'en elle; aussi y a-t-il peu de secours lui apporter du dehors. la scăne, teljoue les princes, tel les conseillers, tel autre les laquais, ou les soldats ou les gânâraux, et ainsi de suite.Mais ces diffârences n'existent qu' l'extârieur; l'intârieur, comme noyau du personnage, lemême être est fourrâ chez tous, savoir un pauvre comâdien avec ses misăres et ses soucis.Dans la vie, il en est de même. Les diffârences de rang et de richesses donnent chacun son rle jouer, auquel ne correspond nullement une diffârence intârieure de bonheur et de bien-être; ici aussi estlogâ dans chacun le même pauvre hăre, avec ses soucis et ses misăres, qui peuvent diffârer chezEBook of Aphorismes sur la sagesse dans la vie, by 4chacun pour ce qui est du fond, mais qui, pour ce qui est de la forme, c'est-à -dire par rapport à l'êtrepropre, sont à peu près les mêmes chez tous; il y a certes des différences de degré, mais elles nedépendent pas du tout de la condition ou de la richesse, c'est-à -dire du rôle.Comme tout ce qui se passe, tout ce qui existe pour l'homme ne se passe et n'existe immédiatement quedans sa conscience; c'est évidemment la qualité de la conscience qui sera le prochainement essentiel, etdans la plupart des cas tout dépendra de celle-là bien plus que des images qui s'y représentent. Toutesplendeur, toutes jouissances sont pauvres, réfléchies dans la conscience terne d'un benêt, en regard dela conscience d'un Cervantès, lorsque, dans une prison incommode, il écrivait son Don Quijote.La moitié objective de l'actualité et de la réalité est entre les mains du sort et, par suite, changeante;la moitié subjective, c'est nous-mêmes, elle est par conséquent immuable dans sa partie essentielle.Aussi, malgré tous les changements extérieurs, la vie de chaque homme porte-t-elle d'un bout à l'autrele même caractère; on peut la comparer à une suite de variations sur un même thème. Personne ne peutsortir de son individualité. Il en est de l'homme comme de l'animal; celui-ci, quelles que soient lesconditions dans lesquelles on le place, demeure confiné dans le cercle étroit que la nature airrévocablement tracé autour de son être, ce qui explique pourquoi, par exemple, tous nos efforts pourfaire le bonheur d'un animal que nous aimons doivent se maintenir forcément dans des limites trèsrestreintes, précisément à cause de ces bornes de son être et de sa conscience; pareillement,l'individualité de l'homme a fixé par avance la mesure de son bonheur possible. Ce sont spécialementles limites de ses forces intellectuelles qui ont déterminé une fois pour toutes son aptitude auxjouissances élevées. Si elles sont étroites, tous les efforts extérieurs, tout ce que les hommes ou lafortune feront pour lui, tout cela sera impuissant à le transporter par delà la mesure du bonheur et dubien-être humain ordinaire, à demi animal: il devra se contenter des jouissances sensuelles, d'une vie intimeet gaie dans sa famille, d'une société de bas aloi ou de passe-temps vulgaires. L'instruction même,quoiqu'elle ait une certaine action, ne saurait en somme élargir de beaucoup ce cercle, car les jouissancesles plus élevées, les plus variées et les plus durables sont celles de l'esprit, quelque fausse que puisseêtre pendant la jeunesse notre opinion à cet égard; et ces jouissances dépendent surtout de la forceintellectuelle. Il est donc facile de voir clairement combien notre bonheur dépend de ce que nous sommes,de notre individualité, tandis qu'on ne tient compte le plus souvent que de ce que nous avons ou de ce quenous représentons. Mais le sort peut s'améliorer; en outre, celui qui possède la richesse intérieure nelui demandera pas grand'chose; mais un benêt restera benêt, un lourdaud restera lourdaud, jusqu'à sa fin,fût-il en paradis et entouré de houris. GÅìthe dit:Volk und Knecht und Ueberwinder, Sie gestehn, zu jeder Zeit, Höchstes Glück der Erdenkinder Sei nurdie Persönlichkeit.(Peuple et laquais et conquérant, en tout temps reconnaissent que le suprême bien des fils de la terre estseulement la personnalité. GÅìthe, Divan Or. Occ., ZULECKA).Que le subjectif soit incomparablement plus essentiel à notre bonheur et à nos jouissances que l'objectif,cela se confirme en tout, par la faim, qui est le meilleur cuisinier, jusqu'au vieillard regardant avecindifférence la déesse que le jeune homme idolâtre, et tout au sommet, nous trouvons la vie del'homme de génie et du saint. La santé par-dessus tout l'emporte tellement sur les biens extérieursqu'en vérité un mendiant bien portant est plus heureux qu'un roi malade. Un tempérament calme etenjoué, provenant d'une santé parfaite et d'une heureuse organisation, une raison lucide, vive,pénétrante et concevant juste, une volonté modérée et douce, et comme résultat une bonneconscience, voilà des avantages que nul rang, nulle richesse ne sauraient remplacer. Ce qu'un homme est ensoi-même, ce qui l'accompagne dans la solitude et ce que nul ne saurait lui donner ni lui prendre, estévidemment plus essentiel pour lui que tout ce qu'il peut posséder ou ce qu'il peut être aux yeuxd'autrui. Un homme d'esprit, dans la solitude la plus absolue, trouve dans ses propres pensées et dans sapropre fantaisie de quoi se divertir agréablement, tandis que l'être borné aura beau varier sans cesse lesEBook of Aphorismes sur la sagesse dans la vie, by 5fêtes, les spectacles, les promenades et les amusements, il ne parviendra pas à écarter l'ennui qui letorture. Un bon caractère, modéré et doux, pourra être content dans l'indigence, pendant que toutes lesrichesses ne sauraient satisfaire un caractère avide, envieux et méchant. Quant à l'homme doué enpermanence d'une individualité extraordinaire, intellectuellement supérieure, celui-là alors peut sepasser de la plupart de ces jouissances auxquelles le monde aspire généralement; bien plus, elles ne sontpour lui qu'un dérangement et un fardeau. Horace dit en parlant de lui-même:Gemmas, marmor, ebur, Tyrrhena sigilla, tabellas, Argentum, vestes Gaetulo murice tinctas, Sunt qui habeant,est qui non curat habere.(Il en est qui n'ont ni pierres précieuses, ni marbre, ni ivoire, ni statuettes tyrrhéniennes, ni tableaux, niargent, ni robes teintes de pourpre gaétulienne; il en est un qui ne se soucie pas d'en avoir Horace, Ep. II,L. II, vers 180 et suiv.)Et Socrate, à la vue d'objets de luxe exposés pour la vente, s'écriait: «Combien il y a de choses dont jen'ai pas besoin!»Ainsi, la condition première et la plus essentielle pour le bonheur de la vie, c'est ce que nous sommes, c'estnotre personnalité; quand ce ne serait déjà que parce qu'elle agit constamment et en toutescirconstances, cela suffirait à l'expliquer, mais en outre, elle n'est pas soumise à la chance comme les biensdes deux autres catégories, et ne peut pas nous être ravie. En ce sens, sa valeur peut passer pour absolue,par opposition à la valeur seulement relative des deux autres. Il en résulte que l'homme est bien moinssusceptible d'être modifié par le monde extérieur qu'on ne le suppose volontiers. Seul le temps, dansson pouvoir souverain, exerce également ici son droit; les qualités physiques et intellectuellessuccombent insensiblement sous ses atteintes; le caractère moral seul lui demeure inaccessible.Sous ce rapport, les biens des deux dernières catégories auraient un avantage sur ceux de la première,comme étant de ceux que le temps n'emporte pas directement. Un second avantage serait que, étantplacés en dehors de nous, ils sont accessibles de leur nature, et que chacun a pour le moins la possibilitéde les acquérir, tandis que ce qui est en nous, le subjectif, est soustrait à notre pouvoir établi jure divino,il se maintient invariable pendant toute la vie. Aussi les vers suivants contiennent-ils une inexorablevérité:Wie an dem Tag, der dich der Welt verliehen, Die Sonne stand zum Grusze der Planeten, Bist alsobald undfort und fort gedichen, Nach dem Gesetz, wonach du angetreten. So muszt du seyn, dir kannst du nichtentfliehen, So sagten schon Svbillen, so Propheten; Und keine Zeit und keine Macht zerstückelt GeprügteForm, die lebend sien entwickelt.(GÅìthe.)(Comme, dans le jour qui t'a donné au monde, le soleil était pour saluer les planètes, tu as aussigrandi sans cesse, d'après la loi selon laquelle tu as commencé. Telle est ta destinée; tu ne peuxt'échapper à toi-même; ainsi parlaient déjà les sibylles; ainsi les prophètes; aucun temps, aucunepuissance ne brise la forme empreinte qui se développe dans le cours de la vie Poésies, trad. Porchat,vol. I, p. 312.)Tout ce que nous pouvons faire à cet égard, c'est d'employer cette personnalité, telle qu'elle nous aété donnée, à notre plus grand profit; par suite, ne poursuivre que les aspirations qui luicorrespondent, ne rechercher que le développement qui lui est approprié en évitant tout autre, nechoisir, par conséquent, que l'état, l'occupation, le genre de vie qui lui conviennent.Un homme herculéen, doué d'une force musculaire extraordinaire, astreint par des circonstancesEBook of Aphorismes sur la sagesse dans la vie, by 6extérieures à s'adonner à une occupation sédentaire, à un travail manuel, méticuleux et pénible,ou bien encore à l'étude et à des travaux de tête, occupations réclamant des forces toutesdifférentes, non développées chez lui et laissant précisément sans emploi les forces par lesquellesil se distingue, un tel homme se sentira malheureux toute sa vie; bien plus malheureux encore sera celui chezlequel les forces intellectuelles l'emportent de beaucoup et qui est obligé de les laisser sansdéveloppement et sans emploi pour s'occuper d'une affaire vulgaire qui n'en réclame pas, ou bien encoreet surtout d'un travail corporel pour lequel sa force physique n'est pas suffisante. Ici toutefois, principalementpendant la jeunesse, il faut éviter recueil de la présomption et ne pas s'attribuer un excès de forces quel'on n'a pas.De la prépondérance bien établie de notre première catégorie sur les deux autres, il résulteencore qu'il est plus sage de travailler à conserver sa santé et à développer ses facultés qu'à acquérir des richesses, ce qu'il ne faut pas interpréter en ce sens qu'il faille négliger l'acquisition dunécessaire et du convenable. Mais la richesse proprement dite, c'est-à -dire un grand superflu, contribuepeu à notre bonheur; aussi beaucoup de riches se sentent-ils malheureux, parce qu'ils sont dépourvus deculture réelle de l'esprit, de connaissances et, par suite, de tout intérêt objectif qui pourrait les rendreaptes à une occupation intellectuelle. Car ce que la richesse peut fournir au delà , de la satisfaction desbesoins réels et naturels a une minime influence sur notre véritable bien-être; celui-ci est plutôttroublé par les nombreux et inévitables soucis qu'amène après soi la conservation d'une grandefortune. Cependant les hommes sont mille fois plus occupés à acquérir la richesse que la cultureintellectuelle, quoique certainement ce qu'on est contribue bien plus à notre bonheur que ce qu'on a.Combien n'en voyons-nous pas, diligents comme des fourmis et occupés du matin au soir à accroîtreune richesse déjà acquise! Ils ne connaissent rien par delà l'étroit horizon qui renferme les moyens d'yparvenir; leur esprit est vide et par suite inaccessible à toute autre occupation. Les jouissances les plusélevées, les jouissances intellectuelles sont inabordables pour eux; c'est en vain qu'ils cherchent à lesremplacer par des jouissances fugitives, sensuelles, promptes, mais coûteuses à acquérir, qu'ils sepermettent entre temps. Au terme de leur vie, ils se trouvent avoir comme résultat, quand la fortune leur aété favorable, un gros monceau d'argent devant eux, qu'ils laissent alors à leurs héritiers le soind'augmenter ou aussi de dissiper. Une pareille existence, bien que menée avec apparence très sérieuseet très importante, est donc tout aussi insensée que telle autre qui arborerait carrément pour symboleune marotte.Ainsi, l'essentiel pour le bonheur de la vie, c'est ce que l'on a en soi-même. C'est uniquement parce que ladose en est d'ordinaire si petite que la plupart de ceux qui sont sortis déjà victorieux de la lutte contre lebesoin se sentent au fond tout aussi malheureux que ceux qui sont encore dans la mêlée. Le vide de leurintérieur, l'insipidité de leur intelligence, la pauvreté de leur esprit les poussent à rechercher lacompagnie, mais une compagnie composée de leurs pareils, car similis simili gaudet. Alors commence encommun la chasse au passe-temps et à l'amusement, qu'ils cherchent d'abord dans les jouissances sensuelles,dans les plaisirs de toute espèce et finalement dans la débauche. La source de cette funeste dissipation,qui, en un temps souvent incroyablement court, fait dépenser de gros héritages à tant de fils de familleentrés riches dans la vie, n'est autre en vérité que l'ennui résultant de cette pauvreté et de ce videde l'esprit que nous venons de dépeindre. Un jeune homme ainsi lancé dans le monde, riche en dehors,mais pauvre en dedans, s'efforce vainement de remplacer la richesse intérieure par l'extérieure; il veuttout recevoir du dehors, semblable à ces vieillards qui cherchent à puiser de nouvelles forces dans l'haleinedes jeunes filles. De cette façon, la pauvreté intérieure a fini par amener aussi la pauvretéextérieure.Je n'ai pas besoin de relever l'importance des deux autres catégories de biens de la vie humaine, car lafortune est aujourd'hui trop universellement appréciée pour avoir besoin d'être recommandée. Latroisième catégorie est même d'une nature très éthérée, comparée à la seconde, vu qu'elle neconsiste que dans l'opinion des autres. Toutefois chacun est tenu d'aspirer à l'honneur, c'est-à -dire à unEBook of Aphorismes sur la sagesse dans la vie, by 7bon renom; un rang, ne peuvent y aspirer, uniquement, que ceux qui servent l'õtat, et, pour ce qui est dela gloire, il n'y en a qu'infiniment peu qui puissent y prâtendre. L'honneur est considârâ comme unbien inapprâciable, et la gloire comme la chose la plus exquise que l'homme puisse acquârir; c'est laToison d'or des âlus; par contre, les sots seuls prâfâreront le rang la richesse. La seconde et latroisiăme catâgorie ont en outre l'une sur l'autre ce qu'on appelle une action râciproque; aussi l'adage dePâtrone: Habes, habeberis est-il vrai, et, en sens inverse, la bonne opinion d'autrui, sous toutes ses formes,nous aide souvent acquârir la richesse.CHAPITRE IIDE CE QUE L'ON ESTNous avons dâj reconnu d'une maniăre gânârale que ce que l'on est contribue plus au bonheur quece que l'on a ou ce que l'on reprâsente. Le principal est toujours ce qu'un homme est, par consâquent cequ'il possăde en lui-même; car son individualitâ l'accompagne en tout temps et en tout lieu et teinte de sanuance tous les âvânements de sa vie. En toute chose et toute occasion, ce qui l'affecte tout d'abord,c'est lui-même. Ceci est vrai dâj pour les jouissances matârielles, et, plus forte raison, pour cellesde l'Âme. Aussi l'expression anglaise: To enjoy one's self, est-elle trăs bien trouvâe; on ne dit pas enanglais: ôParis lui plađt,ằ on dit: ôIl se plađt Paris (He enjoys himself at Paris).ằI La santâ de l'esprit et du corps.Mais, si l'individualitâ est de mauvaise qualitâ, toutes les jouissances seront comme un vin exquis dansune bouche imprâgnâe de fiel. Ainsi donc, dans la bonne comme dans la mauvaise fortune, et saufl'âventualitâ de quelque grand malheur, ce qui arrive un homme dans sa vie est de moindreimportance que la maniăre dont il le sent, c'est- -dire la nature et le degrâ de sa sensibilitâ sous tousles rapports. Ce que nous avons en nous-mêmes et par nous-mêmes, en un mot la personnalitâ et savaleur, voil le seul facteur immâdiat de notre bonheur et de notre bien-être. Tous les autres agissentindirectement; aussi leur action peut-elle être annulâe, mais celle de la personnalitâ jamais. De l vientque l'envie la plus irrâconciliable et en même temps la plus soigneusement dissimulâe est celle qui apour objet les avantages personnels. En outre, la qualitâ de la conscience est la seule chose permanente etpersistante; l'individualitâ agit constamment, continuellement, et, plus ou moins, tout instant; toutes lesautres conditions n'influent que temporairement, occasionnellement, passagărement, et peuvent aussichanger ou disparađtre. Aristote dit: ẻã ẻẻẽ ẽĩẽệẽẫẻạẽầ ẻẻàẻẻẻạẻ, ẻẽệ ẽẹẻ ẽỏẽẻãẻẳẻẽẹẻ (Lanature est âternelle, non les choses. Mor. Eudăme, VII, 2). C'est pourquoi nous supportons avec plus derâsignation un malheur dont la cause est tout extârieure que celui dont nous sommes nous-mêmescoupables; car le destin peut changer, mais notre propre qualitâ est immuable. Par suite, les biens subjectifs,tels qu'un caractăre noble, une tête capable, une humeur gaie, un corps bien organisâ et en parfaitesantâ, ou, d'une maniăre gânârale, mens sana in corpore sano (Juvânal, sat. X, 356), voil lesbiens suprêmes et les plus importants pour notre bonheur; aussi devrions-nous nous appliquer bien plus leur dâveloppement et leur conservation qu' la possession des biens extârieurs et de l'honneurextârieur.Mais ce qui, par-dessus tout, contribue le plus directement notre bonheur, c'est une humeur enjouâe, carcette bonne qualitâ trouve tout de suite sa râcompense en elle-même. En effet, celui qui est gai atoujours motif de l'être par cela même qu'il l'est. Rien ne peut remplacer aussi complătement tous lesautres biens que cette qualitâ, pendant qu'elle-même ne peut être remplacâe par rien. Qu'un hommesoit jeune, beau, riche et considârâ; pour pouvoir juger de son bonheur, la question sera de savoir si, enoutre, il est gai; en revanche, est-il gai, alors peu importe qu'il soit jeune ou vieux, bien fait ou bossu, pauvreou riche; il est heureux. Dans ma premiăre jeunesse, j'ai lu un jour dans un vieux livre la phrase suivante:Qui rit beaucoup est heureux et qui pleure beaucoup est malheureux; la remarque est bien niaise; mais, cause de sa vâritâ si simple, je n'ai pu l'oublier, quoiqu'elle soit le superlatif d'un truism (en anglais,EBook of Aphorismes sur la sagesse dans la vie, by 8vâritâ triviale). Aussi devons-nous, toutes les fois qu'elle se prâsente, ouvrir la gaietâ portes etfenêtres, car elle n'arrive jamais contre-temps, au lieu d'hâsiter, comme nous le faisons souvent, l'admettre, voulant nous rendre compte d'abord si nous avons bien, tous âgards, sujet d'être contents, ouencore de peur qu'elle ne nous dârange de mâditations sârieuses ou de graves prâoccupations; etcependant il est bien incertain que celles-ci puissent amâliorer notre condition, tandis que la gaietâ est unbânâfice immâdiat. Elle seule est, pour ainsi dire, l'argent comptant du bonheur; tout le reste n'en estque le billet de banque; car seule elle nous donne le bonheur dans un prâsent immâdiat; aussi est-elle lebien suprême pour des êtres dont la râalitâ a la forme d'une actualitâ indivisible entre deux tempsinfinis. Nous devrions donc aspirer avant tout acquârir et conserver ce bien. Il est certain d'ailleursque rien ne contribue moins la gaietâ que la richesse et que rien n'y contribue davantage que la santâ:c'est dans les classes infârieures, parmi les travailleurs et particuliărement parmi les travailleurs de laterre, que l'on trouve les visages gais et contents; chez les riches et les grands dominent les figures chagrines.Nous devrions, par consâquent, nous attacher avant tout conserver cet âtat parfait de santâ dont lagaietâ apparađt comme la floraison. Pour cela, on sait qu'il faut fuir tous excăs et toutes dâbauches,âviter toute âmotion violente et pânible, ainsi que toute contention d'esprit excessive ou tropprolongâe; il faut encore prendre, chaque jour, deux heures au moins d'exercice rapide au grand air, desbains frâquents d'eau froide, et d'autres mesures diâtâtiques de même genre. Point de santâ si l'onne se donne tous les jours suffisamment de mouvement; toutes les fonctions de la vie, pour s'effectuerconvenablement, demandent le mouvement des organes dans lesquels elles s'accomplissent et de l'ensembledu corps. Aristote a dit avec raison: ôẻỹ ẻẻạẻẽầ ẻàẻẵ ẽẹẻã ẻẻạẻẵẻãẽẫẻàẻạ ẻàẽẫẽẹẻạằ (La vie est dans lemouvement). La vie consiste essentiellement dans le mouvement. l'intârieur de tout l'organisme răgneun mouvement incessant et rapide: le cỡur, dans son double mouvement si compliquâ de systole et dediastole, bat impâtueusement et infatigablement; 28 pulsations lui suffisent pour envoyer la masse entiăredu sang dans le torrent de la grande et de la petite circulation; le poumon pompe sans discontinuer comme unemachine vapeur; les entrailles se contractent sans cesse d'un mouvement pâristaltique; toutes les glandesabsorbent et sâcrătent sans interruption; le cerveau lui-même a un double mouvement pour chaquebattement du cỡur et pour chaque aspiration du poumon. Si, comme il arrive dans le genre de vieentiărement sâdentaire de tant d'individus, le mouvement extârieur manque presque totalement, il enrâsulte une disproportion criante et pernicieuse entre le repos externe et le tumulte interne. Car ceperpâtuel mouvement l'intârieur demande même être aidâ quelque peu par celui del'extârieur; cet âtat disproportionnâ est analogue celui oạ nous sommes tenus de ne rien laisserparađtre au dehors pendant qu'une âmotion quelconque nous, fait bouillonner intârieurement. Lesarbres même, pour prospârer, ont besoin d'être agitâs par le vent. C'est l une răgle absolue que l'onpeut ânoncer de la maniăre la plus concise en latin: Omnis motus, quo celerior, eo magis motus (Plus il estaccâlârâ, plus tout mouvement est mouvement).Pour bien nous rendre compte combien notre bonheur dâpend d'une disposition gaie et celle-ci de l'âtatde santâ, nous n'avons qu' comparer l'impression que produisent sur nous les mêmes circonstancesextârieures ou les mêmes âvânements pendant les jours de santâ et de vigueur, avec celle qui estproduite lorsqu'un âtat de maladie nous dispose être maussade et inquiet. Ce n'est pas ce que sontobjectivement et en râalitâ les choses, c'est ce qu'elles sont pour nous, dans notre perception, qui nousrend heureux ou malheureux. C'est ce qu'ânonce bien cette sentence d'õpictăte: ôẻÔẻẽẻẽẹẽẫẻàẻạẽẹẻẽệẽầ ẻẻẵẻáẽõẽẻẽệẽầ ẻẽệ ẽẹẻ ẽẽẻẻẻẳẻẽẹẻ, ẻẻằẻằẻ ẽẹẻ ẽẻàẽẻạ ẽẹẽõẻẵẽẽẻẻẻẳẻẽẹẽõẻẵ ẻẻẻẻẳẻẽẹẻ. (Ce qui âmeut les hommes, ce ne sont pas les choses, mais l'opinionsur les choses).ằ En thăse gânârale, les neuf dixiămes de notre bonheur reposent exclusivement surla santâ. Avec elle, tout devient source de plaisir; sans elle, au contraire, nous ne saurions goằter un bienextârieur, de quelque nature qu'il soit; même les autres biens subjectifs, tels que les qualitâs del'intelligence, du cỡur, du caractăre, sont amoindris et gÂtâs par l'âtat de maladie. Aussi n'est-ce passans raison que nous nous informons mutuellement de l'âtat de notre santâ et que nous nous souhaitonsrâciproquement de nous bien porter, car c'est bien l en râalitâ ce qu'il y a de plus essentiellementimportant pour le bonheur humain. Il s'ensuit donc qu'il est de la plus insigne folie de sacrifier sa santâ quoi que ce soit, richesse, carriăre, âtudes, gloire, et surtout la voluptâ et aux jouissances fugitives.EBook of Aphorismes sur la sagesse dans la vie, by 9Au contraire, tout doit câder le pas la santâ.Quelque grande que soit l'influence de la santâ sur cette gaietâ si essentielle notre bonheur,nâanmoins celle-ci ne dâpend pas uniquement de la premiăre, car, avec une santâ parfaite, on peutavoir un tempârament mâlancolique et une disposition prâdominante la tristesse. La cause enrâside certainement dans la constitution originaire, par consâquent immuable de l'organisme, et plusspâcialement dans le rapport plus ou moins normal de la sensibilitâ l'irritabilitâ et lareproductivitâ. Une prâpondârance anormale de la sensibilitâ produira l'inâgalitâ d'humeur,une gaietâ pâriodiquement exagârâe et une prâdominance de la mâlancolie. Comme le gânieest dâterminâ par un excăs de la force nerveuse, c'est- -dire de la sensibilitâ, Aristote a observâavec raison que tous les hommes illustres et âminents sont mâlancoliques: ôẻ ẻẻẵẽẹẻàẽầ ẻẽẫẻẻạẽẻàẽẻạẽẹẽẹẻẻạ ẻẻàẻẻẻẵẻẽẫẻạẻẵ ẻẻẵẻẽẻàẽầ, ẻã ẻẻẽẹẻ ẽĩẻạẻằẻẽẫẻẽĩẻạẻẻẵ, ẻã ẽẻẻằẻạẽẹẻạẽỏẻãẻẵ, ẻãẽẻẻạẻãẻẻãẻẵ, ẻã ẽẹẻàẽỏẻẵẻẽầ, ẽĩẻẻạẻẵẻẻẵẽẹẻẻạ ẻẳẻàẻằẻẻẽỏẻẻằẻạẻẻẻạ ẻẻẵẽẹẻàẽầ.ằ (Probl. 30, 1.)C'est ce passage que Cicâron a eu sans doute en vue dans ce rapport tant citâ: ôAristoteles ait, omnesingeniosos melancholicos esse.ằ (Tusc. I, 33) Shakspeare a trăs plaisamment dâpeint cette grandediversitâ du tempârament gânâral:Nature has fram'd strange fellows in her time: Some that will evermore peep through their eyes, And laugh,like parrots, at a bag-piper; And others of such vinegar aspect, That they'll not show their teeth in way ofsmile, Tough Nestor swear the jest he laughable.(Merch. of Ven. Scăne I.)(La nature s'amuse parfois former de drles de corps. Il y en a qui sont perpâtuellement faire leurspetits yeux et qui vont rire comme un perroquet devant un simple joueur de cornemuse; et d'autres qui ont unetelle physionomie de vinaigre qu'ils ne dâcouvriraient pas leurs dents, même pour sourire, quand bienmême le grave Nestor jurerait qu'il vient d'entendre une plaisanterie dâsopilante) (Trad. franĐaise deMontâgut.)C'est cette même diversitâ que Platon dâsigne par les mots de ôẻẽệẽẫẻẻẻằẻẽầằ (d'humeurdifficile) et ôẻàẽệẻẻẻằẻẽầằ (d'humeur facile). Elle peut se ramener la susceptibilitâ, trăsdiffârente chez les individus diffârents, pour les impressions agrâables ou dâsagrâables, par suitede laquelle tel rit encore de ce qui met tel autre presque au dâsespoir. Et même la susceptibilitâ pour lesimpressions agrâables est d'ordinaire d'autant moindre que celle pour les impressions dâsagrâables estplus forte, et vice versa. chances âgales de râussite ou d'insuccăs pour une affaire, leẻẽệẽẫẻẻẻằẻẽầ se fÂchera ou se chagrinera de l'insuccăs et ne se râjouira pas de la râussite;l'ẻàẽệẻẻẻằẻẽầ au contraire ne sera ni fÂchâ ni chagrinâ par le mauvais succăs, et se râjouira dubon. Si, neuf fois sur dix, le ẻẽệẽẫẻẻẻằẻẽầ râussit dans ses projets, il ne se râjouira pas au sujet desneuf fois oạ il a râussi, mais il se fÂchera pour le dixiăme qui a âchouâ; dans le cas inverse,l'ẻàẽệẻẻẻằẻẽầ sera consolâ et râjoui par cet unique succăs. Mais il n'est pas facile de trouver un malsans compensation aucune; aussi arrive-t-il que les ẻẽệẽẫẻẻẻằẻẽầ, c'est- -dire les caractăres sombres etinquiets, auront, la vâritâ, supporter en somme plus de malheurs et de souffrances imaginaires,mais, en revanche, moins de râels que les caractăres gais et insouciants, car celui qui voit tout en noir, quiapprâhende toujours le pire et qui, par suite, prend ses mesures en consâquence, n'aura pas desmâcomptes aussi frâquents que celui qui prête toutes choses des couleurs et des perspectivesriantes Nâanmoins, quand une affection morbide du systăme nerveux ou de l'appareil digestif vientprêter la main une ẻẽệẽẫẻẻẻằẻạẻ innâe, alors celle-ci peut atteindre ce haut degrâ oạ un malaisepermanent produit le dâgoằt de la vie, d'oạ râsulte le penchant au suicide. Celui-ci peut alors êtreprovoquâ par les plus minimes contrariâtâs; un degrâ supârieur du mal, il n'est même plusbesoin de motif, la seule permanence du malaise suffit pour y dâterminer. Le suicide s'accomplit alors avecune râflexion si froide et une si inflexible râsolution que le malade ce stade, placâ dâj d'ordinaire sous surveillance, l'esprit constamment fixâ sur cette idâe, profite du premier moment oạ laEBook of Aphorismes sur la sagesse dans la vie, by 10[...]... productions de la poâsie et de la philosophie Cette vie intellectuelle protăge non seulement contre l'ennui, mais encore contre ses pernicieuses consâquences Elle abrite en effet contre la mauvaise compagnie et contre les nombreux dangers, les malheurs, les pertes et les dissipations auxquels on s'expose en cherchant son bonheur tout entier dans la vie EBook of Aphorismes sur la sagesse dans la vie, by 17... l'on produira sur la masse des badauds accourus et de l'opinion EBook of Aphorismes sur la sagesse dans la vie, by 27 qu'on laissera aprăs soi dans leurs têtes, n'est-ce pas l un âchantillon unique d'ambition? Lecomte qui, dans la même annâe, fut guillotinâ Paris pour tentative de râgicide, regrettait principalement, pendant son procăs, de ne pouvoir se prâsenter vêtu convenablement devant la Chambre... contre les maux de la vie que ses seules forces EBook of Aphorismes sur la sagesse dans la vie, by 30 Des relations diverses, dans lesquelles un homme peut se trouver avec d'autres individus et qui mettent ceux-ci dans le cas de lui accorder de la confiance, par consâquent d'avoir, comme on dit, bonne opinion de lui, naissent plusieurs espăces d'honneur Les principales de ces relations sont le mien... la patrie commune possăde EBook of Aphorismes sur la sagesse dans la vie, by 32 râellement les qualitâs voulues, ainsi avant tout le courage, la bravoure et la force, et qu'il est râsolument prêt la dâfendre jusqu' la mort et n'abandonner aucun prix le drapeau auquel il a prêtâ serment J'ai donnâ ici l'honneur de la fonction une signification trăs large, car, dans l'acception ordinaire, cette expression... ni les Romains n'avaient la moindre idâe, pas plus que les Chinois, les Hindous ni les mahomâtans jusqu'aujourd'hui encore En effet, il est nâ au moyen Âge et ne s'est acclimatâ que dans l'Europe chrâtienne; ici même, il n'a pânâtrâ que dans une fraction minime de la population, savoir, parmi les classes EBook of Aphorismes sur la sagesse dans la vie, by 34 supârieures de la sociâtâ et parmi leurs... droit EBook of Aphorismes sur la sagesse dans la vie, by 31 au mânagement plutt qu' la considâration Il est remarquable nâanmoins qu'il y a dans l'homme un certain respect innâ, râellement instinctif, pour les cheveux blancs Les rides, signe bien plus certain de la vieillesse, ne l'inspirent nullement On n'a jamais fait mention de rides respectables; l'on dit toujours: de vânârables cheveux blancs L'honneur... apprâciation de la valeur des biens, de modârer cette grande susceptibilitâ l'âgard de l'opinion d'autrui, aussi bien pour le cas oạ on la caresse que pour celui oạ on la froisse, car les deux tiennent au même fil Autrement, nous restons esclaves de l'opinion et du sentiment des autres: Sic leve, sic parvum est, animum quod laudis avarum Subruit ac reficit EBook of Aphorismes sur la sagesse dans la vie, by... est, pour le moins, d'une nature mixte, par consâquent combinâe avec de la- douleur Les jeux de cartes, cette occupation habituelle de la ôbonne sociâtâằ dans tous les pays[3], sont un moyen d'exciter intentionnellement la volontâ, et cela par des intârêts tellement minimes qu'ils ne peuvent EBook of Aphorismes sur la sagesse dans la vie, by 16 occasionner que des douleurs momentanâes et lâgăres, non pas... orgueilleux, c'est uniquement la ferme, l'intime, l'inâbranlable conviction de mârites supârieurs et d'une valeur part Cette conviction peut être erronâe, ou bien EBook of Aphorismes sur la sagesse dans la vie, by 28 reposer sur des mârites simplement extârieurs et conventionnels; peu importe l'orgueil, pourvu qu'elle soit râelle et sârieuse Puisque l'orgueil a sa racine dans la conviction, il sera, comme... nation se moque de l'autre, et toutes ont raison La matiăre de ce chapitre peut être classâe, nous l'avons dit, en honneur, rang et gloire EBook of Aphorismes sur la sagesse dans la vie, by 29 II. Le rang Quant au rang, quelque important qu'il paraisse aux yeux de la foule et des ôphilistins,ằ et quelque grande que puisse être son utilitâ comme rouage dans la machine de l'õtat, nous en aurons fini avec . available by the Bibliothèque nationale de France(BnF/Gallica)PARERGA ET PARALIPOMENAEBook of Aphorismes sur la sagesse dans la vie, by 1 APHORISMES SUR. face du sort.CHAPITRE VI De la différence des âges de la vie. INTRODUCTIONJe prends ici la notion de la sagesse dans la vie dans son acception immanente,
- Xem thêm -

Xem thêm: Aphorismes sur la sagesse dans la vie docx, Aphorismes sur la sagesse dans la vie docx, Aphorismes sur la sagesse dans la vie docx